Asymetria - revue roumaine de culture, critique et imagination

Modules

  • Home
  • Arhive
  • AutoTheme
  • AvantGo
  • Avertizari
  • Conþinuturi
  • Submit_News
  • Surveys
  • Top
  • Topics

  • Who's Online

    Exista in mod curent, 29 gazda(e) si 0 membri online.

    Sunteti utilizator anonim. Va puteti inregistra gratuit dand click aici

    Cautare în labirint




    Languages

    Select Interface Language:


    Editoriale: Claude Karnoouh. Faut-il en finir avec la philosophie en Roumanie?
    Scris la Thursday, June 18 @ 18:34:27 CEST de catre asymetria
    Ziceri&contraziceri
    Le propos tenu par le président Bãsescu sur l’enseignement de la philosophie à l’université et le système éducatif a choqué à coup sûr un certain nombre d’intellectuels, mais a, simultanément, engendré un silence que je présuppose fort gêné de la part des boierii minții qui, comme tout domestique, doivent se tenir cois dans l’impossibilité qu’ils sont de s’opposer au maître qui assure leur pitance quotidienne et plus encore.


    Faut-il en finir avec la philosophie ?

    Le propos tenu par le président Bãsescu sur l’enseignement de la philosophie à l’université et le système éducatif a choqué à coup sûr un certain nombre d’intellectuels, mais a, simultanément, engendré un silence que je présuppose fort gêné de la part des boierii minții qui, comme tout domestique, doivent se tenir cois dans l’impossibilité qu’ils sont de s’opposer au maître qui assure leur pitance quotidienne et plus encore. Malgré le démenti tardif du président lors de sa visite de la Foire aux livres, il n’empêche, les mots ont été lancés, et les balourdes justifications de Liiceanu ne pourront changer quoi que ce soit à l’intentionalité qui gît dans les premières paroles présidentielles.
    De fait, je pense que le président Bãsescu a dû faire une erreur d’interprétation des informations que lui ont été fournies par ses conseillers en charge de l’éducation nationale et plus précisément de l’enseignement universitaire.
    Á l’évidence, le pays manque d’artisans et d’ouvriers qualifiés dans bien des branches techniques et dans le tourisme. Cela se comprend aisément puisque les plus compétents et les plus entreprenants, comme les meilleurs ingénieurs et les meilleurs étudiants sont partis exercer leurs talents à l’étranger où la corruption est moindre et les chances de promotion un peu plus méritocratiques. Toutefois, soyons justes, l’enseignement supérieur roumain ne « fabrique » pas des philosophes en masse. Depuis une quinzaine d’années les universités roumaines tant privées que publiques (quoique la différence publique/privé soit de plus en plus difficile à discerner avec l’application maffieuse de la loi organisant l’autonomie universitaire), « fabriquent » de moins en moins de philosophes. En revanche, depuis plus de quinze ans les universités roumaines se sont mises à « produire » des spécialistes en nullité, des spécialistes du simulacre du savoir, pour la plupart incapables de combiner deux arguments et cinq détails empiriques avec deux phrases cohérentes, en bref, chaque année le marché du travail roumain est submergé d’une cohorte de pseudo-diplômés en sciences politiques, journalisme, communication, études européennes, management culturel et autres fadaises dont l’inculture, le vide conceptuel et pis, le vide spirituel engendrent des affirmations qui atteignent parfois les sommets d’un humour involontaire digne des meilleures proclamations dadaïstes. Tristan Tzara n’eût jamais imaginé la possibilité de tels disciples !
    En effet, nous touchons-là du doigt la grande escroquerie universitaire. Pour gagner de l’argent, et donc afin de gérer une université comme une entreprise commerciale quelconque, les mandarins postcommunistes ont flairé de juteuses affaires dans le développement de disciplines au titre ronflant, en apparence très en phase avec le discours postmoderne, prenant le contre-pied du pesant classicisme petit-bourgeois prôné par le communisme national en phase terminale, sans jamais réfléchir au contenu ni, au nom d’un libéralisme mimétique et imbécile, à l’avenir professionnel des adolescents. Il s’agit de disciplines qui, dans les cursus des universités sérieuses, sont autant de spécialités choisies seulement après un très solide enseignement de base. Et pour cause, on ne fabrique pas des spécialistes en sciences politiques sans une excellente formation en droit public et privé international, en histoire diplomatique, non seulement en histoire européenne mais simultanément en histoire économique mondiale (parce que la mondialisation généralisée des relations entre états est une réalité tangible et non plus la vision utopique de quelques penseurs politiques)[1], en anthropologie aussi, parce que des phénomènes culturels singuliers influencent la manière de concevoir la politique et construisent les fondements de certains mouvements sociaux aux répercussions internationales…
    En Roumanie, ces diverses facultés d’humanités postmodernes qui enseignent l’ignorance (les étudiants des Beaux-Arts en savent parfois bien plus sur la politique internationale que des étudiants en journalisme ou en études européennes !) ne sont, au bout du compte, que des usines à fabriquer des chômeurs, non pas parce qu’ils refuseraient d’accomplir des emplois sous qualifiés par rapport au niveau de leurs études, mais, parce qu’ils sont incapables de faire autre chose que les métiers les moins qualifiés : chauffeur-livreur, vendeurs et vendeuses de fringues et d’autres fariboles, téléphonistes, gardes malades ou d’enfants à domicile, femme de ménage, et, pour les plus belles filles et les plus habiles, hôtesses d’accueil, etc. En effet, pour être carrossier, mécanicien, monteur en chauffage central, plombier, électricien, maçon, charpentier, couvreur, ferronnier, menuisier, ébénistes, tailleur, couturière, fourreur, infirmier et infirmière, horloger, il faut posséder un vrai savoir-faire qui suppose un authentique apprentissage, ainsi que des connaissances techniques qui ne s’improvisent pas… Un bon artisan est homme hautement respectable, bien plus qu’un semi-docte qui se prend pour un savant et qui ne sait que répéter ad nauseam les clichés politiques à deux sous dont nous abreuvent les médias et dont se gavent des masses de crétins, ou les échos des vies plus que stupides des « peoples » qui ont un rapport existentiel au peuple comme moi à la pratique de la mystique tibétaine.
    Je suppose que le président Basescu a voulu dire cela, mais il l’a très mal dit. à l’évidence, il s’est trompé de cible. Erreur peut-être volontaire parce la cible véritable, l’enseignement des pseudo-humanités recèlent de trop puissants intérêts économiques auxquels, à la veille d’une élection présidentielle, il n’est guère rentable de s’affronter. Car ce n’est pas la philosophie en tant que telle qu’il eût fallu viser, dût-elle, hormis quelques rares enseignants, se montrer sous un jour plutôt médiocre en Roumanie. Car, malgré tout, les diverses matières de l’enseignement de la philosophie de base forment les esprits à la réflexion rationnelle, que cette rationalité s’appuie sur la logique des propositions (forme suprême de la métaphysique), sur une herméneutique phénoménologique, sur les jeux de l’argumentaire scolastique ou sur ceux de la déconstruction. De plus la philosophie, la grande philosophie s’entend et non de quelconques ersatz locaux (la philosophie roumaine, bulgare, sénégalaise ou patagonienne pour rappeler une célèbre remarque de Cioran !), n’a pas besoin de claironner son européanisme puisqu’elle est d’abord une création propre et irréductible à l’Europe en son lieu inaugural, dans sa version grecque et hellénique ; puis, à partir la scolastique médiévale déployée grâce à l’effort sans égal des platono-aristotéliciens arabes, en Europe occidentale ; enfin, comme forme de l’autoréflexion moderne et postmoderne par excellence, propagée depuis Descartes, Spinoza, Hobbes, les Lumières françaises, anglais et germaniques, l’idéalisme allemand, Nietzsche, Marx, Kierkegaard, Adorno et Heidegger dans le monde entier, prouvant ainsi, que l’Europe, en de multiples guises, s’est, comme une tache d’huile, étendue partout, donnant sens au monde moderne en même temps qu’elle imposait sa puissance par le fer, le feu, le FMI, la Banque mondiale et, last but least, par sa capacité inédite de phagocyter toutes les cultures... Tant et si bien que vouloir supprimer la philosophie des enseignements, cela reviendrait à se couper de la source la plus fondamentale de la pensée européenne après laquelle toutes les élites roumaines courent depuis plus de deux siècles. En effet, il n’est pas de sciences exactes ou de « sciences » humaines qui ne proviennent, d’une manière ou d’une autre, directe ou par dérivation, de la philosophie…
    Ainsi, avec un enseignement de la philosophie digne de ce nom, auquel doit impérativement s’ajouter un sérieux adjuvant d’histoire universelle, il n’est pas difficile de « fabriquer » des spécialistes : des journalistes, des analystes politiques, des diplomates, des analystes financiers, etc… mais une telle option rapporterait beaucoup moins d’argent que la multiplication des fausses filières fondées sur la promotion de la pire médiocrité et qu’une publicité mensongère dirigée vers des parents totalement ignorants des réalités du temps, présente comme autant d’enseignements et de diplômes ouvrant les possibilités de je ne sais quelles carrières mirobolantes…
    Qu’il faille par ailleurs des artisans de qualité, cela me paraît indiscutable à condition de ne pas faire accroire les élèves que le travail manuel est une activité méprisable. Car, en dernière instance, mieux vaut un artisan et un ouvrier qualifié compétents, capables et fiers de son travail que cette masse informe d’incapables, de semi-doctes qui ne savent rien faire, sinon s’agiter le soir dans les discothèques au son de musiques ineptes. Rappelons-le-nous, il fut un temps où les philosophes et non des moindres savaient aussi travailler de leurs mains et parfois risquer leur vie avec courage : soldat comme Platon, simple reître comme Descartes ou polisseur de lentilles et verres de lunettes comme Spinoza. à ces époques, la pensée à son sommet et les activités manuelles ne semblaient pas participer de sphères conflictuelles.
    Si comme le « chante » un rappeur français (Kore), « La vie d’un homme ne se résume pas à son métier », soyons assurés que garçon de café ou universitaire philosophe, cela n’implique aucune valeur éthico-practique immanente qui définirait a priori, avant tout agir dans la Cité, la grandeur ou la médiocrité d’âme d’un homme.
    Claude Karnoouh
    Bucarest juin 2009

    [1] Ainsi il ya de cela quelques jours, des révoltes d’Indiens au Pérou dirigées contre l’extension d’exploitations pétrolières dans la jungle, ont mis le pays à feu et à sang, obligeant le gouvernement de Lima à reculer. Ces actions qui mettent en jeu et la quête de nouvelles ressources pétrolières et le droit des indigènes (les premiers habitants du pays) à disposer des richesses de leur sous-sol, peut avoir des conséquences mondiales en ce que ce problème vaut pour une grande partie du continent américain, mais aussi  pour l’Australie, pour certains peuples de la fédération de Russie, de Chine, du Vietnam… L’indigénisme est devenu l’une des formes du combat politico-économique contre le néocolonialisme, comme l’illustre parfaitement le mouvement zapatiste du Mexique ou, d’une manière moins violente, mais tout aussi déterminée en Australie, le mouvement pour les droits civiques des Aborigènes. Et, ne nous le cachons point, il y a de l’indigénisme anticolonial dans le combat des Palestiniens. Un journaliste, comme un diplomate doit connaître et comprendre ces phénomènes-là.

    Nota: (Din opiniile Paratraznetului Fanica,pe tema scolii românesti de pe blogul lui Andrei Badin)"Problema de fond nu ar fi ca scoala produce tâmpiti, ci cã orice tâmpit poate absolvi o școalã, ceea ce inseamna cu totul altceva. Școala pare a fi un element care nu perturba in vreun fel prostia celor proști și, mai ales, nu prea stimuleazã inteligența celor cu potențial." Aș adãuga : școala, oriunde în lume, produce școliți, dar nu reduce numãrul de proști și nu mãrește numãrul de deștepți, fiindcã aceste calitãți sau defecte sunt native. Democratizarea accesului la școlarizare, care a fost o cucerire a secolului al XIX-lea, a produs un efect pervers; se crede acum cã absolvirea unui ciclu școlar și diploma obținutã astfel, mai mult sau mai puțin pe merite de naturã intelectualã, include insul în categoria transetnicã și trans-socialã a intelectualitãții creatoare, adicã cea care nu este doar reproductivã. Falsul este profund și are consecințe care instaureazã și mențin confuzia. Ceaușescu, un om neșcolit, era un om inteligent, coana Leanța, tot neșcolitã, era mai degrabã proastã, Comunismul, cu rãdãcini printre deștepți, a promovat prea mulți proști, tocmai fiindcã intelectualii care l-au inventat aveau nevoie de slugi și de executanți, pe care i-au recrutat, cu disprețul tipic al inteligentului pentru prost, din categoriile sociale nu doar defavorizate, neșcolite ci din categoria brutelor proaste dar șirete, iar firoscoșii inventatori sau propagandiștii idealului au devenit victimele propriilor creaturi, frankensteinii revoluției sociale și manevrelor politice.
    Dan Culcer

    Asymetria si Dan Culcer va recomanda





    Enciclopedia României

    Blogul ideologic. Titus Filipaș

    Ioan Roșca
    Contrarevoluția din România. O cercetare

    Antiakvarium. Antologie de texte ideologice vechi și noi

    Constantin Noica: Cultura, performanta, antrenor

    Revista Verso



    Geovisite

    Revista NordLitera

    Arhiva Asymetria, începând cu septembrie 2000, este stocatã și accesibilã consultãrii la adresa Internet Archives-Wayback Machine

    Universitatea din Lausanne. România : Hãrți interactive. Geografie, demografie, climatologie, degradãri, regiuni istorice. Colaborare helveto-românã.
    Etimologii. Resurse lingvistice

    Azi

    Inca nu exista cel mai bun articol, pentru astazi.

    Societatea de maine

    Daca nu acum, atunci cînd?
    Daca nu noi, atunci cine?

    S'inscrire a Societatea de maine
    Intrati in Societatea de maine
    Exercitiu colectiv de imaginatie sociala
    Inscriere : fr.groups.yahoo.com
    Se dedica profesorului Mircea Zaciu

    Ferește-te deopotrivã de prietenia dușmanului ca și de dușmãnia prietenului.
    Viteazul priveºte pericolul; cutezãtorul îl cautã; nebunul nu-l vede.
    Nicolae Iorga

    Sondaje

    Regionalizarea sau dezmembrarea. Este acceptabilã pentru români aceastã prop




    Rezultate | Chestionar

    Voturi 0

    Identificare

    Nickname

    Parola

    Inca nu aveti un cont? Puteti crea unul. Ca utilizator inregistrat aveti unele avantaje cum ar fi manager de teme, configurarea comentariilor si publicarea de comentarii cu numele dvs.




    copyright Dan Culcer 2008
    Contact Administrator — dan.culcer-arobase-gmail.com
    «Cerul deasupra-ti schimbi, nu sufletul, marea-trecand-o.» Horatiu in versiunea lui Eminescu.
    Responsabilitatea autorilor pentru textele publicate este angajata.
    PHP-Nuke Copyright © 2005 by Francisco Burzi. This is free software, and you may redistribute it under the GPL. PHP-Nuke comes with absolutely no warranty, for details, see the license.
    Page Generation: 0.50 Seconds